schoewilliam

Nous deux, notre petit et ses sœurs.

Au coucher de la dernière lumière de cette Terre
À l’extinction de la dernière ère
Il n’existe ni corps ni couleur qui aime
Il n’existe qu’un souffle postmortem
Le néant témoigne de souvenirs éteints.
L’or n’était qu’un rêve.

Mais petite chose en tout
Une perle bleue et luminescente vit encore
Elle orne le plus fou.

Et vois, si nous y entrons en douceur
Un monde fleuri, immense et lumineux nous accueille
Nous deux, notre petit et ses sœurs.

La lumière est éternelle.

Réponses →
Précédemment… Previously…

Écrire avec les tengwar.